bannar


Sur le plan physique, les pieds potentialisent le corps de l’homme tout entier ; c’est pourquoi l’art de la réflexologie, dans son approche la plus importante, est pratiqué au niveau des pieds dont les émergences énergétiques retentissent au niveau de la totalité du corps.

Le pied a la forme d’un germe, forme de ce qu’est l’homme à son point de départ, lorsqu’il baigne dans les eaux matricielles.

L’empreinte du pied de Bouddha (photo de droite) nous montre que le pied contient le corps tout entier.

In « Le symbolisme du corps humain », Annick de Souzenelle dit du pied que « depuis le talon jusqu’aux extrémités des orteils, il inscrit le devenir de l’homme ». Et elle montre que de l’Orient à l’Occident le pied joue un rôle central dans l’évolution spirituelle de l’être humain.

image pied reflexologie plantaire

Ainsi, en Inde un maître dit à son disciple : en Marathi, le mot pied signifie « début du moment », trouvez le tout début, le jaillissement de la source, le premier instant de conscience. Si le disciple trouve ce « tout premier instant », il devient le vrai guerrier et peut partir à la conquête de son royaume intérieur.

Sur des fresques babyloniennes, on voit le guerrier agenouillé devant le roi avant de livrer bataille. Il a un genou à terre, la plante du pied retournée vers le ciel à l’exception du gros orteil. Le pouce repose alors seul sur la terre comme pour recevoir d’elle, à ce niveau très précis du contact, l’énergie et l’élan vital dont le guerrier a besoin. Ce point de contact « massé » par la terre porte le nom de « fontaine jaillissante ».

Dans l’iconographie chrétienne on trouve des représentations de l’ascension où, au dessous du Christ s’élevant dans les airs, l’empreinte de ses pieds est visible sur la montagne.

Il est classique de voir dans le geste du Christ qui lave les pieds de ses apôtres le symbole même de l’humilité de celui qui, bien que maître, se fait serviteur. Avant de participer au repas mystique qui va les introduire par anticipation au banquet des noces divino-humaines, les apôtres doivent être ramenés à leurs normes ontologiques. Le Christ se penche alors vers eux et lave leurs pieds. Il guérit ainsi la plaie de l’humanité, dont symboliquement les pieds sont porteurs, car ils potentialisent l’être malade tout entier.

Le Christ lave les pieds de ses apôtres (peinture inspirée de Joseph Smith).

lavement energie plantaire

Le Christ confirme ainsi à l’apôtre Pierre la nécessité de guérir la blessure en lavant les pieds seuls : « si je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous lavez les pieds les uns aux autres » (Jean, XIII, 14).

C’est dans le même sens que Moïse reçoit l’ordre d’enlever ses chaussures devant le buisson ardent. Aucun corps étranger ne doit séparer les pieds de l’homme de la terre-mère.

Les musulmans restés conscients de cette tradition, se déchaussent en entrant dans la mosquée. C’est aussi pieds nus que s’accomplissent dans les différentes traditions les mystères initiatiques. Cette nudité physique implique le dépouillement psychique de l’être..